punition lignes

Challenge AZ 2020 – Punition 7


Pour ce Challenge AZ 2020, j’ai choisi de vous présenter quelques articles autour de l’éducation et la formation de mes ancêtres.
Retrouvez tous les articles ici

Mes ancêtres ont-ils été sages à l’école ?


Nul ne pourra le dire, mais ils ont du connaître les différentes punitions de l’époque s’ils ne respectaient pas les règles d’usage.

La 1ère règle de rigueur était la politesse :
– dire Bonjour et au Revoir

Le non-respect des règles entrainait immédiatement une punition , dont voici quelques exemples :

  • taper sur les doigts
  • envoyer dans le bûcher (stockage du bois de chauffage)
  • faire le tour de la cour
  • écrire des lignes
  • aller au coin avec le bonnet d’âne

Le bonnet d’âne

De tous temps le bonnet d’âne a été vu de façon négative.

L’image de l’âne, à l’école, n’est guère brillante.
L’âne, c’est le bête, l’idiot – au mieux, le rebelle, l’irrévérencieux, l’enfant refusant toute forme d’apprentissage – au pire le baudet, l’imbécile, l’attardé, bref, celui qui ne peut pas apprendre.
Dans ce contexte, porter le bonnet d’âne, c’est la honte, le summum de l’humiliation. Le couvre-chef marque délibérément du sceau de l’idiotie, voire d’une débilité profonde quiconque en est affublé.
 

L’histoire fabuleuse du bonnet d’âne

Mais j’aime à penser aussi de manière positive. L’âne n’est pas bête. Lorsqu’il s’arrête et ne veut plus avancer, c’est qu’il sent un danger.

Donc porter le bonnet d’âne peut être vu comme une « leçon de sagesse et de réflexion« .

Les récompenses

Pour terminer sur une note positive, les élèves recevaient aussi des récompenses, comme des bons points dont le cumul permettait de recevoir une image (ou d’annuler une punition).

A bientôt pour la suite ..

Sources


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

7 commentaires sur “Challenge AZ 2020 – Punition