Challenge UPro-G – La cloche Magdeleine


Démarrons l’année 2023 et le challenge UPro-G par le thème « Une cloche ».

Cela me fait penser tout de suite aux bénédictions de cloches, rituel religieux qui avait lieu lors de la création ou de la restauration d’une cloche dans une église ou un autre lieu de culte.

Allons à Parigné-l’Evêque en 1697.

Parigné-L’Evêque est une commune de la Sarthe, située au sud est du Mans.

Ce dixième jour d’avril mil six cent quatre vingt dix sept ; en vertu

Dune permission de monseigneur Illustrissime et …reverendissime

Evesque du mans en date du vingt et trois mars, par ecrit, a

Moi curé de parigné levesque soussigné accordée, Je donné la

Bénédiction avec toutes les cérémonies accoutumées a la dite

Cloche de la paroisse, laquelle a esté nommée magdeleine par missire

Louys michel de Courtoux Chevallier de la Chartre en l’absence de

Messire marcanthoine de Courtoux escuyer seigneur Baron

De la Chartre, et par demoiselle marie Chaintron commise par

Noble personne damoiselle magdeleine morin de loudon acause

De son indisposition, Qui ont signé avec moy en présence des témoins

Soussignés

La cloche était bénie et nommée par un parrain et une marraine.

Le parrain : Marc Anthoine de Courtoux

Marc Anthoine de Courtoux, Escuyer, Seigneur et Baron de la Chartre, remplacé par Missire Louys Michel de Courtoux, Chevallier de la Chartre.

Marc-Antoine est né en 1643, fils de Jacques de Courtoux et Catherine de la Touche
– petit-fils de Louis de Courtoux qui acquit la Baronnie de la Chartre en 1631
– époux en 1671 d’Anne de Gennes
– Seigneur de Brault en 1685 à Parigné-l’Evêque
– Seigneur de Brais en 1685 à Igé
– Baron de La Chartre de 1685 à1697 à la Chartre-sur-le-Loir
– Seigneur de Contres en Vairais en 1697 à Contres-en-Vairais

Que dit Gallica sur la branche Courtoux :
Gallica – Revue Historique et Archéologique du Maine – 01/01/1933 – page 239

La marraine : Madeleine Morin de Loudon

Madeleine Morin de Loudon

Que dit Gallica :

Gallica – Revue Historique et Archéologique du Maine – 01/01/1932 – page 35

Le vicaire

Pierre Chaintron, curé à Parigné l’Evêque depuis 1688, à l’église Notre-Dame de l’Assomption.
Mais ce n’est pas lui qui a procédé à cette bénédiction, c’est le vicaire C. Duval.
Je note aussi la signature d’un P. Grassin, prêtre principal.

Source Geneanet

Il se trouve que j’ai des ancêtres Grassin à Parigné-l’Evêque, mais c’est une autre histoire.

Dans une autre région, la Lorraine, je trouve aussi des bénédictions de cloches, donc certaines ont été parrainées par des ancêtres. Retrouvez-les ici.