A la descente des visiteurs 2


A la descente des visiteurs – R. NEDELLEC – Débitant, c’est le nom d’une auberge, située à la Pointe Saint-Mathieu (Finistère), au début du XXe siècle .

Tout a commencé par une carte postale d’un lieu qui m’est cher, sur laquelle on peut voir un patronyme que je connais bien également, NEDELLEC.

Auberge – Pointe Saint-Mathieu début XXe siècle

Qui pouvait bien tenir cette auberge au début du XXe siècle et sont-ils des parents ?

Pour vous situer la Pointe Saint-Mathieu, c’est la fin de la terre, Pen-Ar-Bed, à l’ouest de Brest, faisant partie de la commune de Plougonvelin.

Finistère – Pointe Saint-Mathieu

Plougonvelin, c’est le lieu de vie de ma branche paternelle.

Alors qui est ce R. NEDELLEC, aubergiste ? Je pars à sa recherche dans ma généalogie, autour des années 1900.

A la Pointe Saint-Mathieu, j’ai beaucoup de Le BRAS, ayant vécu là et je trouve une Anne-Françoise Le BRAS mariée en seconde noce à René NEDELLEC, qui est dite débitante.

Anne-Françoise Le BRAS est fille de François Marie et Marie Jeanne PETTON, elle est née à Plouarzel. Elle se marie en première noce, le 29 janvier 1882, avec Olivier KEREBEL. Ils ont 4 enfants dont 2 vivront à l’âge adulte, tous nés à Saint-Mathieu.

Pour la relier à mes ascendants directs, son arrière-grand-mère est Marie Claudine PERROT, la sœur de mon sosa 177, Marie Françoise PERROT (branche de ma grand-mère paternelle PERROT Marie Yvonne marié à Yves PELLEN).

Sur le recensement de Plougonvelin, en 1886, Anne-Françoise est débitante à la Pointe Saint-Mathieu.

Recensement Plougonvelin – Saint-Mathieu – 1886

C’est le beau-père de Olivier, issu d’un premier mariage, qui tenait cet établissement avant Olivier. Sa première femme, était aussi une Le BRAS, d’une autre branche (je vous ai prévenu, il y en a beaucoup).

Olivier KEREBEL décède seulement 7 ans après leur mariage, en 1888.

Anne Françoise se remarie avec René NEDELLEC, originaire des Côtes d’Armor (ex Côte du Nord – 22), le 8 février 1891 à Plougonvelin, il est guetteur de sémaphore et devient après sa retraite de la marine, débitant. Ils ont 4 enfants qui ne resteront pas sur la Pointe Saint-Mathieu.

En 1901, toute la famille est toujours à la pointe Saint-Mathieu (enfants Kerebel du premier mariage et Nedelec du second).

Recensement Plougonvelin – Saint-Mathieu – 1901

En 1926, c’est le gendre de Anne-Françoise Le BRAS qui reprend l’affaire, Prosper LE BRAS mariée à Jeanne Yvonne KEREBEL (sa fille).

René NEDELLEC meurt le 8 mars 1927 à Plougonvelin.

Anne-Françoise, quitte Plougonvelin, pour vivre chez ses enfants (chez sa fille Marie Perrine mariée à Charles Eugène FAULLE), au Conquet en 1931. Elle y décède le 6 janvier 1937, Rue Sainte-Barbe.

Recensement – Le Conquet – Rue Sainte Barbe -1936

L’auberge a été rachetée en 1954 par Francine LE FAILLER et Emile CORRE, pour devenir maintenant un hôtel de luxe.

Anecdotes René NEDELLEC

La dépêche de Brest – René NEDELLEC – 18-02-1911 – Chasse en temps prohibé

René NEDELLEC avait appelé son bateau Annette, du prénom de son épouse Anne-Françoise, une belle preuve d’amour.

La dépêche de Brest – 28-08-1922 – Bateau de René NEDELLEC

Voilà terminée cette recherche qui m’a permis de faire vivre ma famille dans cet endroit merveilleux de la côte bretonne.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “A la descente des visiteurs

  • Tanguy CORRE

    Bonjour,

    Je suis l’actuel gérant de l’hostellerie de la pointe saint Mathieu et le petit fils de Francine et Emile CORRE. Le nom de famille de ma grand mère est LE FAILLER et non pas GRALL. De plus il me semble que il y a eu une autre propriétaire entre votre famille et la mienne.

    Mais surtout bravo pour vos recherches car nous avions très peu d’information sur l’hostellerie avant 1954 !

    Tanguy CORRE

    • Catherine Auteur de l’article

      Merci beaucoup pour ce commentaire. Je prévois de revenir sur les lieux de mon enfance, à l’occasion je passerai vous dire bonjour.
      Bonne continuation,
      Catherine PELLEN