Geneatech – Une source peu ou pas connue


Le mois Geneatech et ses 4 défis d’écriture nous propose pour cette 1ère semaine de présenter une source peu ou pas connue.

J’ai choisi de vous décrire comment une source judiciaire m’a permis de compléter ma généalogie en confirmant une filiation ou la constitution d’une famille et en expliquant des faits impliquants mes ancêtres.

1. L’affaire du manoir du Prédic

La manoir du Prédic se situe à la Pointe Saint-Mathieu, pointe du Finistère, le bout de la terre, Pen-Ar-Bed.

Manoir Prédic
Manoir du Prédic – Saint-Mathieu-Fine-Terre

En faisant des recherches sur ce manoir, qui existe encore, j’ai appris qu’il avait été le témoin d’une affaire de meurtre en 1718.

Mes ancêtres, Noël Pierre KERRIGUY (sosa 304) et sa femme Marguerite PERROT (sosa 305) vécurent au Manoir du Prédic.

Ils y travaillaient comme cultivateur et ménager et y sont restés jusqu’à leur décès, respectivement, 1787 et 1779.

Hervé Joseph, l’aîné des enfants de Pierre Noël, y est né en 1736, et ses frères et sœurs aussi. Il y fonda sa famille et y resta jusqu’à la fin de sa vie en 1824.

L’affaire du meurtre du 29 juin 1718, est détaillée dans le document « Procédures criminelles 1671-1789 » de la juridiction abbatiale de Saint-Mathieu. Le père de Noël Pierre, Olivier, en a sûrement entendu parlé, car l’affaire a fait grands bruits.

Maître François Le Duff, avocat au Parlement, a été roué de coups et étranglé par Hervé de Kersulguen, seigneur du Bizlou ou Bilou.
L’avocat, locataire du manoir, ne souhaitait pas quitter le manoir comme l’exigeait le propriétaire, le différent a mal tourné.

Procédures criminelles 1671-1789

Lorsque j’ai décrit l’affaire dans l’article « Autour du meurtre du manoir du Prédic« , je me suis intéressée aux témoins appelés à comparaître pour savoir s’ils étaient de ma famille.

  • Renée Podeur veuve d’Ambroise Inizan
  • Jan Inizan, son fils et Catherine Inizan, sa fille, tous trois du bourg de Plougonvelin
Arbre Renée Podeur

2. Un procès validant une identité

Lorsque l’on parcoure la presse à la recherche d’un fait ayant cité le nom d’un ancêtre, le prénom est rarement cité et nous avons besoin d’autres sources afin de s’assurer que c’est bien celui ou celle à qui l’on pense.

En recherchant le nom STEMBERT dans la presse, j’y ai trouvé plusieurs articles relatant un fait divers à Paris.

Journal Gil Blas – 20 juillet 1887

STEMBERT est le nom du mari de Emma Aglaé HARROY, la voyageuse, dont je vous ai parlé sur plusieurs articles en décembre dernier.

En 1887, ils ne sont pas mariés et Emma est encore au Havre.

Comment s’assurer que le Nicolas Stembert cité dans ce fait divers est le même individu que le futur mari de Emma Aglaé ?

La presse Le Droit relate une audience du procès de ce Nicolas Stembert. Il y est précisé sa date de naissance et là plus aucun doute possible, il s’agit bien du même individu.

Presse Le Droit 21 novembre 1887 – STEMBERT Nicolas Assises

Retrouvez toute l’audience du procès sur cet article relatif à Emma Aglaé Harroy la voyageuse.

Voilà comment la presse et la justice m’ont apporté des éléments confortant et enrichissant ma généalogie.

Source

Les articles des défis d’écriture Geneatech