Chapeau 1920

Aimée Louise FLANDRINCK, modiste à Paris


Le #geneatheme de mai, initié par Sophie @gazetteancetres, nous invite à parler d’un(e) ancêtre ayant exercé un métier d’art.

Aimée Louise est née à Paris IIe le 5 avril 1904 au 48 Rue des Petits Champs, mais le domicile de ses parents se situait 8 Rue Godot de Mauroy. Son père, Henri Gustave Flandrinck était chauffeur mécanicien et servait le colonel Paul Antoine Gaston Marie De Kergariou (domicilié au 8 Rue Godot de Mauroy.

Jusqu’en 1921, Aimée Louise habite Paris, je ne sais pas comment elle a traversé la Première Guerre Mondiale alors âgée de 10 à 14 ans.

Peut-être était-elle chez ses grands-parents Simon LEROY et Joséphine DESHAYES, dans la Sarthe. Elle s’y trouve en 1906 à Chantenay-Villedieu, avec sa sœur Henriette.

A partir de 1921 et jusqu’à son mariage en 1928, elle habite à Boulogne-Billancourt, au 41 Rue du Vieux-Pont-de-Sèvres.

Sur le recensement de 1926 de Boulogne-Billancourt, elle est dite modiste.

De mémoire familiale, elle travaillait à Montmartre chez Mlle Louise.

Après son mariage, elle a arrêté de travailler pour s’occuper de ses cinq enfants.

Après un passage à Gevrey-Chambertin (Côte d’Or), la famille s’installe à Saint-Cyr-L’Ecole.

Cette ville a été détruite à 92% pendant la deuxième guerre mondiale, mais la famille y sera relogée pour y rester jusqu’à la fin.

La modiste

Le chapelier réalise des chapeaux en une seule pièce sur des formes en bois ou en aluminium, par l’assemblage de tresses sur des machines chaînette, ou par l’assemblage des pièces de tissu sur des piqueuses plates.

Le modiste est un créateur de chapeaux et d’accessoires de tête (ville et spectacle). Il maîtrise toutes les techniques du métier : fabrication à partir de moules, de supports divers ou à main levée.

Institut National des Métiers d’Art – Chapelier – Modiste – Définitions

Aimée Louise fabriquait des chapeaux à l’aide de ces magnifiques moules.

Photo Moules-chapeaux du site « Chapeaux d’Isabelle »

La mode des années 1920

Les femmes coupent leurs cheveux. Un nouveau chapeau apparaît, le chapeau cloche à côté de la capeline et de la toque.

Gallica – Vogue 1923 – Les Chapeaux à succès

Sainte-Catherine, patronne des modistes

En France, Sainte Catherine est la patronne des modistes. Les jeunes femmes âgées de 25 ans non mariées qui travaillent dans l’industrie du vêtement sont surnommées « catherinettes ». Le 25 novembre, jour de la Sainte Catherine, elles se doivent de porter un chapeau souvent « farfelu », fabriqué par leurs amies. Cette tradition du XIXe siècle subsiste encore dans le milieu de la mode.

Wikipedia – Modiste

Aimée Louise était ma grand-mère maternelle, j’ai toujours vu chez elle, un superbe meuble machine à coudre Singer à plateau pédale, bois et fer forgé. Où est-il depuis 1993 ? Mystère.

Sources