Challenge AZ 2017 : U comme Uruffe


Revenons en Lorraine, à Uruffe dans la Meurthe et Moselle (54).

La seule commune qui commence par un U dans ma généalogie, par une branche collatérale d’une certaine Anne Marie Reine Françoise HARROY qui s’est mariée avec Nicolas LATAILLE né à Uruffe en 1802.

Anne Marie Reine Françoise HARROY est la fille de Joseph HARROY (Sosa 96) et Reine Françoise FRANCOIS, elle est née à Pagny-la-Blanche-Côte (55).

Challenge AZ 2017 Uruffe

J’ai peu d’histoire à raconter sur Uruffe, mais en 1956, un fait divers a défrayé la chronique judiciaire.

Il s’agit d’un double crime dont l’auteur était un prêtre, le curé de cette petite paroisse d’Uruffe, 392 habitants.

Au matin du 4 décembre 1956, on retrouve dans un fossé, au bord d’une route, près du village, le cadavre d’une jeune fille qui avait disparu la veille : Régine Faÿs.
Elle a été tuée d’un coup de revolver. Elle était enceinte de 8 mois. Son assassin l’a ensuite éventrée et a massacré l’enfant qu’elle portait à coup de couteau !

Coup de théâtre : quelques heures plus tard les gendarmes arrêtent le curé du village. Guy Desnoyers.
C’était lui le père de l’enfant à naître. Il n’avait pas voulu affronter le scandale.
Alors il avait tué la mère et l’enfant.

Le double-meurtre de Guy Desnoyers, curé d’Uruffe

En 1956, Guy Desnoyers, le curé de la paroisse d’Uruffe, petite commune de Meurthe-et-Moselle, a une relation avec une jeune fille de 18 ans, Régine. Cette dernière tombe enceinte mais accepte de garder le secret de la paternité. Elle refuse cependant d’avorter ou d’abandonner le bébé. 
Le 3 décembre 1956, à peine un mois avant la date prévue de l’accouchement, le curé d’Uruffe prend peur et tue la jeune fille à l’aide d’un revolver. Effrayé que l’on découvre une ressemblance entre lui et le fœtus (à ce moment-là encore viable), Guy Desnoyers éventre Régine puis assassine et dévisage le bébé à coup de couteau.
Le curé est placé en garde à vue deux jours après le meurtre et l’affaire fait scandale : la France entière est horrifiée par ce crime. 
Le procès débute le 24 janvier 1958 à la cour d’assises de Nancy devant une foule qui réclame la peine de mort. Mais les jurés reconnaissent finalement à l’accusé des circonstances atténuantes étant donnée sa fonction de prêtre, et Guy Desnoyers échappe à la peine capitale. Il est condamné aux travaux forcés à perpétuité. 
La liberté conditionnelle lui est accordée en 1978, après 22 ans de détention.

L’affaire du curé d’Uruffe (source wikipedia)

Uruffe

Ce fait-divers hors norme a inspiré le cinéaste Philippe Ramos, avec le film “Fou d’amour” sorti en 2015 .

L’écrivain Jean-François Colosimo, lui aussi fasciné par l’affaire lui a consacré un livre : “Le jour de la colère de Dieu” paru en 2000.

Affaire curé uruffe

 

Guy Desnoyers est décédé à l’âge de 90 ans,en 2010, dans un monastère du Morbihan.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *